05 février 2017

Le souffle de Martin

J’ai fait un rêve, qu’un jour, une nation neuve se lèverait et vivrait pleinement sa devise fondatrice : “ Liberté, Egalité, Fraternité “.

J’ai fait un rêve, qu’un jour, on sensibiliserait à l’école les élèves  à la démocratie participative.

J’ai fait un rêve, qu’un jour, une représentativité importante de jeunes permettrait des réformes ambitieuses.

J’ai fait un rêve , qu’un jour, la professionnalisation du personnel politique, dans son activité et sa rémunération,  ne serait plus qu’un mauvais souvenir.

J’ai fait un rêve, qu’un jour, nos hommes politiques seraient des Français parmi les français, que l’on pourrait appeler par leur prénom.

J’ai fait un rêve, qu’un jour, la transparence et la simplicité seraient érigées en dogme, loin de ors et privilèges de la République.

J’ai fait un rêve, qu’un jour, mon député réglerait ses frais avec sa carte de paiement personnelle, circulerait dans sa propre voiture.

 

J’ai fait un rêve aujourd’hui.

Ceci est mon espoir.

 

Martin

Posté par tunkasina à 16:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


21 janvier 2016

L’élément de trop

Notre planète a connu une activité volcanique intense, des glaciations complètes et bien d’autres péripéties encore.

Elle a vécu des extinction majeures, soit la disparition d’au moins 75% des espèces animales et végétales présentes sur la terre ou dans les océans.

Son destin est lié à celui du soleil.

Lorsque ce dernier deviendra une géante rouge, dans plus de 5 milliards d’années, ce sera la fin.

Si l’on évalue l’histoire de la terre à l’échelle d’une année, l’homme n’apparait qu’au 31 Décembre vers 10h du matin.

Il invente le feu vers 22h.

Il devient éleveur cultivateur au cours de la dernière minute.

Et les Gaulois n’apparaissent que dans les dernières secondes.

 

 

Dans le ciel, des oiseaux migrateurs peuvent parcourir de longues distances pour rejoindre des lieux précis. Processus instinctif, apprentissage, ce phénomène reste encore un mystère pour notre science humaine.

Sur le sol, des arbres se défendent et communiquent . Nous savons maintenant qu’ils sont capables, en cas de danger,  de modifier la composition chimique de leurs feuilles et secréter un message gazeux, que le vent véhicule à notre insu, à l’attention de la même essence.

Sous terre, des systèmes racinaires, comme ceux que l’on voit au bord des chemins boisés, ont une fusion physique et fonctionnelle. Une association de compétences génétiques qui favoriserai chacun, une capacité de coalition “ humaine “. 

 

La vie et la mort dans un cycle infini, participent à l’harmonie de l’univers. Prédateur de l’un ou proie de l’autre, sous le couvert offert par les feuillues ou enfoui dans la tourbe, chacun joue son rôle à sa place.

Le “ chasseur-cueilleur “ s’était adapté à son environnement, il ne prélevait que ce dont il avait besoin.

Pourquoi  l’espèce humaine est-elle passée à une logique de production qui va entrainer une dérive vers l’accumulation de biens, source d’inégalité ?

Notre forme d’intelligence nous condamne t’elle à une fuite en avant que nous savons fatale ?

Le problème ne serait-il pas notre sentiment d’immense supériorité…

 

 

Posté par tunkasina à 16:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

08 janvier 2015

Colère

Quand le monde ne sait plus se vouer à quel saint,

On peut s’attendre à ce que le moindre dessin

Dévoilant impudiquement le bout d’un sein,

Un exemplaire châtiment, mérite à dessein.

 

Dans le monde que j’habite,

Quand l’information se compte en gigabits,

Je dois pouvoir dessiner une bite,

Sans qu’injures ou menaces on me débite.

 

Je dis aux bien-pensants, aux faux-culs,

Aux hypocrites, qui n’ont jamais vécu,

Que les plaisirs et les désirs ont fait cocus

Qu’ils feraient mieux de respirer l’air de Montcuq.

 

IMG

Posté par tunkasina à 16:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 juillet 2014

BAS-FONDS BAPTISMAUX

Chez le militaire, tout n’est pas rose, il lui faut parfois faire un choix aussi difficile que celui du prénom d’un enfant.

Et là, attention, il ne faut pas prêter le flanc à l’ironie. C ‘est vite fait si l’on n’y prend garde, non, là on parle d’une affaire sérieuse qui engage pour la vie :

trouver un p….. de nom pour une opération des forces armées

Alors… , dans les valeurs sûres on a l’animal. Bien entendu, pas une pintade ou un lémurien, non, plutôt un félin ou un rapace, il ne faut pas faire poule mouillée.

Ainsi sont nées les opérations :

     Castor ( Indochine 1954 )

     Condor ( Amérique du Sud 1970 )

     Barracuda ( Centrafrique 1979 )

     Eagle claw ( Téhéran 1980 )

Mais on rencontre aussi des personnages de légende ou le fantastique et l’imaginaire donnent une note d’héroïsme, d’invincibilité. Attention, pas Cendrillon ou Bambi, non, le truc qui t’oblige à aller voir dans le dictionnaire.

C’est comme cela que l’on a eu :

     Licorne ( Cote d’Ivoire 2002 )

     Harpie ( Guyane 2008 )

Enfin, on atteint des sommets avec les messages de deux ou trois mots qui veulent à la fois évoquer un but noble et un idéal juste, sans être un poncif. Non …, pas “ Sauvez la Reine ” ou “ Peace and Love ”, c’est hors sujet.

Plutôt des synthèses linguistiques du genre :

     Tempête du désert ( Irak 1991 )

     Liberté immuable ( Afghanistan 2001)

     Bordure protectrice ( Gaza 2014 )

 

Alors, nous, civils démobilisés, ne pourrions-nous pas apporter notre contribution ( autre que nos impôts ) dans cet effort de guerre.

Un grand concours pourrait être lancé pour trouver le meilleur nom du conflit engagé et le gagnant en deviendrait le parrain officiel. Il participerait aux remises de médailles ( à titre posthume ), il apparaitrait aux journaux télévisés ( fier de cette nouvelle notoriété ) pour légitimer le soutien populaire.

N’est-ce pas une bonne idée ? Passer de la conscription obligatoire  à la souscription volontaire.

A bon entendeur salut.

Posté par tunkasina à 21:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juillet 2014

Va–t–en-guerre

En tète des troupes défilent les dirigeables,

La défaite de 1870 n’est pas acceptable.

Alors à l’hippodrome de Longchamp,

Pour l’opinion publique, l’armée joue les gros bras

Les provinces perdues on retrouvera.

 

A cheval, les maréchaux fiers et vainqueurs,

C’est le défilé de la victoire et des honneurs.

Les Champs-Elysées et passage sous l’Arc de Triomphe,

C’est 1919, et la tombe du Soldat inconnu,

Ne symbolise pas encore la mémoire de ceux qui ont combattu.

 

Après une parenthèse d’occupation étrangère,

On reprend en 1945, ce cortège militaire

De Bastille à République, Cours de Vincennes, Ecole Militaire,

Unités à pied, montées, motorisées et aériennes

Perpétuent cette parade quoiqu’il advienne.

 

Fête nationale avec guerrières démonstrations,

Quittons des dictatures ce sinistre peloton.

Ouvrons ce jour là, nos villes , nos avenues,nos parcs,

Laissons s’exprimer avec d’autres façons

Ce que peut vouloir dire le mot Nation.

Posté par tunkasina à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 mai 2014

Quelle est la question ?

Encore une fois, on ne se pose pas la bonne question!

Reprenons le problème :

     Le FN réalise 24.95% aux élection européennes, l’ UMP arrive deuxième avec 20.79% et le PS enregistre 13.98%. Sachant que l’abstention était de 56.5%, quel est la représentation réelle de ces différents partis ?

     On obtient les scores suivants : 10.85% pour le FN, 9.04% à l’UMP et 6.08% au PS.

Alors que la réalité est là, sous nos yeux, voilà bientôt deux jours que l’on nous bassine avec cette “ nouvelle percée “ ou “ nouvelle gifle “, selon le score.

Mais non, le chiffre qui en dit le plus , c’est celui du nombre de gens qui ne sont pas allés voter, et la question est : pourquoi ?

Les réponses sont multiples et surtout personnelles.

Quand une classe dans sa majorité n’a pas su faire un devoir, ce n’est pas l’ensemble des élèves qui est en cause, mais l’apprentissage et l’énoncé qui doivent être revu. Quand une entreprise voit ses ventes chuter, remet-elle en cause son produit ou ses clients ?

Combien de temps encore va t’on ignorer cette réalité qui n’est pas une attitude passive, mais un ressenti négatif des modalités de la vie démocratique.

 

“Si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que çà serait interdit”     Coluche

Posté par tunkasina à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mai 2014

Rétrospecactus - Mai

Mai 2010 – Le travail est de plus en plus mauvais pour la santé.

Un rapport du ministère du travail, révèle que pour l’année 2008, on recense :

569 décès, 700 000 accidents et 45 000 cas de maladies professionnelles.

Face à ce constat accablant, le gouvernement décide de lancer un plan “ santé au travail “.

Il était temps, quand on regarde les chiffres, on voit que l’on a 7 fois moins de risque d’être victime d’un accident de la route ( 91 169 blessés en 2008 ).

Comme le disait si bien la chanson : “ Le travail c’est la santé, rien faire c’est la conserver…”

Alors, je ne peux pas m’empêcher de penser que :

     les chômeurs auraient donc une espérance de vie plus longue ?

     il faut éviter les métiers à double risque : chauffeur routier, représentant de commerce

     l’être humain s’avère peut-être tout simplement inadapté au travail

 

Mai 2011 – Les animaux évacués à leur tour de Fukushima.

Après l’accident nucléaire, une zone de 20 kms autour de la centrale a été évacuée, mais les animaux sont restés.

Les gens sont partis en catastrophe en laissant les portes ouvertes et de la nourriture pour que leur animal survive.

Le gouvernement a enfin autorisé, 2 mois après, des équipes de secours à pénétrer dans la zone pour récupérer les animaux.

On se rend compte que l’animal domestique qui a un poids économique et sociologique de plus en plus important dans notre société, n’est toujours pas pris en compte dans diverses circonstances.

Alors, battons-nous pour que dans l’avenir :

     on accorde également aux animaux le droit de posséder un humain de compagnie ou domestique

     on associe maison de retraite et SPA, moins de frais, plus de choix

     on rectifie les ordres d’évacuation comme suit : “ les chiens, les chats, les enfants et les femmes d’abord “

 

Mai 2012 – Les meilleurs pays pour être maman.

En s’attachant aux 1 000 jours cruciaux entre le début de la grossesse et le deuxième anniversaire de l’enfant, une ONG a établi un rapport sur les pays où il fait bon enfanter.

La France s’y classe 14ème sur 165.

Sans surprise, les pays d’Europe du Nord sont le paradis des poussettes, ainsi que la Nouvelle-Zélande ou l’Australie.

C’est dans les pays d’ Afrique sub-sahariens que la cigogne est la plus mal lotie.

On se rend bien compte que les hommes ne naissent pas égaux contrairement à ce que dit la charte.

Néanmoins, on peut regretter que :

une fois de plus le papa est absent, il est soit au bistrot, soit au boulot, soit à la guerre

la version sub-saharienne de la poussette n’a pas été assez développée

la charte n’a pas du être traduite correctement dans toutes les langues

Posté par tunkasina à 20:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 avril 2014

Les invisibles

Vous êtes près de quarante mille, mais on ne vous voit pas.

Pourtant, tous les jours ou presque, on vous croise, on vous contourne.

Vous faites l’objet de rituels figés dans le temps, sans charge émotionnelle.

Mais vous êtes la mémoire de un million quatre cent mille noms.

Puis, j’ai lu ce livre (1), alors, pour toi Laurent (2), qui avait  vingt deux ans,

j’ai posé un regard neuf sur ce lieu de souvenir.

 

Monument aux morts

 

Tu es né en 1921 dans le calcaire du sculpteur Gaston PETIT, avec des sosies à Chambilly ( Saône et Loire ) et Sévelinges ( Loire ).

Placé à l’origine au carrefour de la Route de Paris (N7) et de la Route de la Gare, tu veillais en sentinelle impavide sur la circulation.

Déviation et réaménagement du centre bourg, tu n’a été déplacé que de quelques dizaines de mètres et, en compagnie d’un pigeonnier réhabilité, tu filtres maintenant les allers et venues du marché hebdomadaire.

Carré de terre sacré, que délimitent quatre obus et de lourdes chaines, tu imposes le respect par ta seule présence.

Enfants, nous touchions ces obus d’acier porteurs de mort et les plus intrépides s’essayaient à la balançoire sur les chaines.

Tu m’avais caché, ou, plutôt, je n’avais pas su voir ces éléments décoratifs en bronze qui ornent ta façade :

le laurier pour la victoire, le chêne pour la force et la palme pour la gloire.

Ton poilu, rasé de près, a la moustache de rigueur. Il a le regard fixe vers le nord-est, en l’occurrence, la ligne du front, il semble veiller sur tous ceux qui sont restés là-bas, détendu, la capote légèrement entrouverte.

La croix de guerre qu’il surplombe nous rappelle que ces hommes étaient des soldats dont la bravoure doit servir d’exemple.

 

Pour cause de centenaire, vous allez avoir une nouvelle période de gloire et ce n’est que justice.

L’occasion peut-être de renouveler d’une manière plus individuelle la mémoire de chaque nom qui cache un mari, un frère ou un parent.

Salut Laurent.

 

(1) Comprendre le monument aux morts de Franck David – Ministère de la Défense – DMPA / Editions CODEX

(2) Laurent RANVIER, né le 4 Mars 1894, frère de ma grand-mère Jeanne RANVIER

Posté par tunkasina à 11:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

15 février 2014

Rétrospectative _ Février

Février 2012 … “ La Liberté … ” de Delacroix dégradée.

Non ! ce n’est pas Standard & Poors, mais une visiteuse du Louvre Lens qui a vandalisé le tableau

par une inscription au marqueur.

Plus de peur que de mal, l’œuvre a été restaurée rapidement sans que son intégrité soit menacée.

L’auteure ( non ! pas du tableau mais du délit ), était inconnue des services de police.

Titulaire d’un master, mais sans emploi, elle serait “ pénalement irresponsable “.

On comprend mieux, quand on découvre ce qu’elle a écrit :

“ AE911 ” qui renvoi à une pétition adressée au congrès américain, par des architectes,

ingénieurs et citoyens, pour une contre-enquête indépendante sur les attentats du 11/09/2001. 

Cela suggère quelques remarques :

     ces attentats sont donc un sujet tabou ?

     la liberté doit-elle guider le peuple ?

     avec un master (de quoi ? Les journaux s’en fichent ), tu ne fais plus rien !

 

Février 2012 … Adieu Debussy, St Exupèry, Cézanne, Gustave Eiffel et Pierre et Marie Curie

Non ! ce n’est pas un exode fiscal, mais la mort annoncée des billets de 20,50,100,200 et 500 F.

J’avoue n’avoir jamais fréquenté Pierre et Marie Curie et c’est avec regret.

Dans les tons violet / mauve, l’architecture moderne du recto et le pont suspendu au verso

du billet de 500 € me sont tout autant inconnus.

Que dire de l’époque préhistorique (avant 1958 ) ou Bonaparte valait 10.000 F, Henri IV 5.000 F et Richelieu 1.000 F.

Europe oblige, nous sommes donc passés des personnages illustres aux styles architecturaux.

Oui le monde a changé, aujourd’hui il préfère :

     l’élévation du construit à l’élévation de l’esprit

     la monnaie unique au change parfois inique

     € pour tous et la £ pour le Royaume Uni

 

Février 2011 … “ Un prêtre dans votre poche “

Les prêtres nord-américains ont approuvé une appli iphone qui permet de se confesser en mobilité.

Bon, pour l’absolution, il faut quand même se rendre au confessionnal, mais au moins,

la conscience n’est plus minée par un péché inavoué.

Je ne peux m’empêcher d’imaginer Bernadette Soubirous à la grotte de Massabielle avec son portable.

Elle aurait fait le buzz sur youtube et son compte twitter aurait été saturé.

La religion s’ouvre aux techniques nouvelles, tant mieux, et bientôt on aura :

     le jeu vidéo “ La dernière croisade " où tu gagnes des indulgences

     le pèlerinage virtuel à Compostelle où tu choisis ton avatar et le niveau de difficultés

     le robot “ Don Camillo ” pour pallier au vieillissement du clergé

Posté par tunkasina à 11:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 janvier 2014

“ RESPECT EXISTENCE OR EXPECT RESISTANCE “

 

“Il existe des peuples que rien, jamais, ne pourra réduire au silence.

Parce que l’esprit qui les habite est plus puissant que toutes les conquêtes,

qu’il résiste même aux exterminations et aux génocides. Pendant des siècles.”

 

Klee Benally est un chanteur amérindien qui lutte pour la protection des sites sacrés

amérindiens sur lesquels de considérables intérêts financiers ne cessent de

vouloir mettre la main.  

La chanson ci-dessous évoque l’ouverture d’une mine d’uranium dans le sud

du Grand Canyon, juste à coté d’une montagne sacrée pour la nation Havasupai.

 

 

SONG OF THE SUN

     CHANT DU SOLEIL

Our mother aches

Iron claws dig until she breaks

And she bleeds for this

How much is enough?

     Notre Mère souffre

     Des griffes de fer creusent jusqu’à ce qu’elle craque

     Et elle en saigne

     A quel point ce sera assez ?

I remember listening to songs of the sun

For all those, who’s breath was stolen

Who’s future was taken away

Who learned too late

     Je me souviens avoir écouté les chants du soleil

     Pour tous ceux dont le souffle a été volé

     Dont le futur a été ravi

     Qui ont appris trop tard

CHORUS: And so we sing again

             To the house of dawn

             There are no words, no words that can right these wrongs.

REFRAIN: Alors nous chantons encore

              Pour la maison de l’aube

              Il n’y a pas de mots, pas de mots qui peuvent réparer ces crimes.

This land breathes pain

And nothing grows

That doesn’t carry the trauma

That we’ve wept, that you sow…

     Cette terre respire la douleur

     Et rien ne pousse

     Qui ne contienne le traumatisme

     Que nous avons pleuré, que vous avez semé…

CHORUS

REFRAIN

This empire of blood and bones

Of stolen, poisoned, homes…

Genocide… mutilated ghosts…

     Cet empire de sang et d’os

     De foyers volés, empoisonnés…

     Génocide…

     Fantômes mutilés…

Fierce hearts lay buried…

Their struggle speaks…

Fierce hearts lay buried…

Saying… “leave it in the ground…”

     Des cœurs fougueux sont enterrés…

     Leur lutte parle…

     Des cœurs fougueux sont enterrés…

     Ils disent « Laissez-le dans le sol… »

While the mines lay abandoned – What has been done?

Wells poisoned… nothing has been done?

Cancers spread… tell me, what has been done?

To right these wrongs! To right these wrongs!

     Alors que les mines sont abandonnées – Qu’est-ce qui a été fait ?

     Les puits empoisonnés… rien n’a été fait ?

     Les cancers se répandent.. dites-moi, qu’est-ce qui a été fait ?

     Pour réparer ces crimes ! Pour réparer ces crimes !

Posté par tunkasina à 14:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]