Il devait faire quelque chose.

D’une part, il y avait la “ petite “ ( attachement familial ! ) qui commençait à poser des problèmes et d’autre part on avait l’Ange qui dépérissait à chaque mission de reconnaissance.

Il était timide c’était vrai, mais malgré ses troubles du langage et sa peur des hommes, j’avais pensé qu’il pourrait mener à bien sa mission auprès de Marie.

Qu’avait-il dit ou bredouillé  ?

Qu’avait-elle compris ?

Egalement, je n’aurais pas du confier le choix de l’embryon à l’Ange.

Lui, voyait la beauté de l’âme dans le devenir et peut lui importait l’enveloppe qui la portait.

Sur le fond, il avait raison, mais sur la forme, on était dans la m….

Alors, comment faire avec tous ces barbus qui n’aimaient pas les prophètes ( alors les prophétesses !… ) ou attendaient un Roi ( pas une Reine ) qui chasserait les païens.

Comment composer avec tous ces docteurs de la Loi méticuleux, scrupuleux qui bénissaient Dieu de ne les avoir fait ni païens ni femmes ni ignorants.

Et plus important, il y avait la Croix, l’épilogue de toute l’histoire, le symbole absolu qui perdurerait des siècles et des siècles ( amen ).

Mais là, juré, on allait droit à la lapidation.

Quelle allégorie pourrait-on tirer d’un corps disloqué à moitié couvert de pierres au fond d’un ravin ?

 

 

zen