Paroles du tipi

05 février 2017

Le souffle de Martin

J’ai fait un rêve, qu’un jour, une nation neuve se lèverait et vivrait pleinement sa devise fondatrice : “ Liberté, Egalité, Fraternité “.

J’ai fait un rêve, qu’un jour, on sensibiliserait à l’école les élèves  à la démocratie participative.

J’ai fait un rêve, qu’un jour, une représentativité importante de jeunes permettrait des réformes ambitieuses.

J’ai fait un rêve , qu’un jour, la professionnalisation du personnel politique, dans son activité et sa rémunération,  ne serait plus qu’un mauvais souvenir.

J’ai fait un rêve, qu’un jour, nos hommes politiques seraient des Français parmi les français, que l’on pourrait appeler par leur prénom.

J’ai fait un rêve, qu’un jour, la transparence et la simplicité seraient érigées en dogme, loin de ors et privilèges de la République.

J’ai fait un rêve, qu’un jour, mon député réglerait ses frais avec sa carte de paiement personnelle, circulerait dans sa propre voiture.

 

J’ai fait un rêve aujourd’hui.

Ceci est mon espoir.

 

Martin

Posté par tunkasina à 16:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


01 janvier 2017

Voeux 2017

Posté par tunkasina à 09:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2016

JESSICA (4)

Jess n’avait rien su de lui, seulement qu’ il était beau, qu’ il sentait bon le sable chaud, son légionnaire.

Il l’avait aimé toute la nuit.

Il lui avait montré ce tatouage sur son cœur “Hic homo” ( Ici personne ).

Son ventre à elle s’était arrondi et ses vergetures avaient rougi de honte.

Et pas le moindre bruissement d’une aile d’ange qui aurait justifié tout cela.

Finies les promenades au puits et les sorties avec les copines.

Joseph avait du jouer le vieux géniteur surpris par la grossesse de sa femme.

A l’extérieur, il s’était montré préoccupé par la santé de Marie, et avait remercié Dieu ( un mensonge de plus ou de moins ! ) de lui avoir donné une fille pour la soulager.

Quand la parturiente avait donné naissance à un garçon, ce n’était pas un ange, mais un archange qui s’était manifesté.

Là-haut, “On” avait repris la main et avec quelques petits arrangements, le scénario allait reprendre.

Allez hop, une bande d’apôtres dont un traitre ( pour le suspense ), quelques scènes de rue miraculeuses ( effets spéciaux ), une prostituée et un final au Golgotha.

La publication d’un livre était déjà programmée, et la fabrication de tous les produits dérivés était engagée.

Croix de bois, croix de pierre, si ça ne marche pas j’aurais besoin de vos prières.

 

golgotha

 

 

 

Posté par tunkasina à 15:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 novembre 2016

JESSICA (3)

Il devait faire quelque chose.

D’une part, il y avait la “ petite “ ( attachement familial ! ) qui commençait à poser des problèmes et d’autre part on avait l’Ange qui dépérissait à chaque mission de reconnaissance.

Il était timide c’était vrai, mais malgré ses troubles du langage et sa peur des hommes, j’avais pensé qu’il pourrait mener à bien sa mission auprès de Marie.

Qu’avait-il dit ou bredouillé  ?

Qu’avait-elle compris ?

Egalement, je n’aurais pas du confier le choix de l’embryon à l’Ange.

Lui, voyait la beauté de l’âme dans le devenir et peut lui importait l’enveloppe qui la portait.

Sur le fond, il avait raison, mais sur la forme, on était dans la m….

Alors, comment faire avec tous ces barbus qui n’aimaient pas les prophètes ( alors les prophétesses !… ) ou attendaient un Roi ( pas une Reine ) qui chasserait les païens.

Comment composer avec tous ces docteurs de la Loi méticuleux, scrupuleux qui bénissaient Dieu de ne les avoir fait ni païens ni femmes ni ignorants.

Et plus important, il y avait la Croix, l’épilogue de toute l’histoire, le symbole absolu qui perdurerait des siècles et des siècles ( amen ).

Mais là, juré, on allait droit à la lapidation.

Quelle allégorie pourrait-on tirer d’un corps disloqué à moitié couvert de pierres au fond d’un ravin ?

 

 

zen

Posté par tunkasina à 21:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]